Bienvenue à la boutique Sexy Chocolat


Un plaisir aussi onctueux que le chocolat

Attention, cette histoire est à caractère érotique. Pour un public avertit.

Introduction: Liliana Valois surnommée Lili est une jeune femme un peu carpe diem qui possède une boutique de produit érotique bien particulière. La boutique Sexy Chocolat offre de la lingerie fine, nommé Votre création pour toutes les silhouettes de femme en plus de nombreux produits pour tous les goûts. Sans oublier un coin salon pour les longues séances d'essayage, mais aussi pour une présentation de produits entre copines et des consultations privées sur les produits. Il y a aussi un miroir reflétant la plus belle image de ces clientes et surtout d'onctueux chocolat nommé Satisfaction. Découvrez les aventures de Lili dans sa nouvelle ville dans une boutique loin d'être normale!!

jeudi 20 février 2014

Chapitre 9


Balais et houppette en main, j’attaquai le ménage de la boutique. C’est bien beau de vendre des produits, mais c’est encore mieux dans une boutique propre et qui sentait bon. Pourtant la clochette annonça la venue d’un client. Je déposai alors mes effets derrière mon comptoir et afficha mon plus beau sourire à la dame qui entra dans la boutique. Une dame je dirais, dans la quarantaine, avec les cheveux remontés sévèrement en chignon, qui portait une chemise dans manche et un capri en denim. Le genre de femme qui ne veux pas être remarquée et qui frôle les murs.
― Bonjour Madame. Vous allez bien?
Sans répondre, la dame marcha rapidement vers moi sans me lâcher du regard. Avait-elle peur de voir ce qu’il y avait dans la boutique?
― Madame, entama-t-elle sérieusement. J’ai grandement besoin de votre aide.
Je lisais dans son regard une panique incroyable. Je crois que si elle avait pu prendre ses jambes à son cou et s’enfuir à toute vitesse, elle l’aurait fait. Je devais absolument la réconforter.
― J’espère pouvoir vous aider, madame…
― Lafayette.
― Alors madame Lafayette, venez-donc vous asseoir au salon afin qu’on discute tranquillement avec un bon café.
― Oh! Oui, je crois que ca me calmerais.
― Bien. Je vais aller barrer la porte de la boutique afin que nous ne soyons pas déranger.
― Merci, madame Valois.
― Mme Lafayette, appelez-moi Lili, déclarai-je en tournant le loquet de la porte.
Je revins vers la femme assise sur le bout du divan, serrant son sac à main contre elle comme un bouclier. La pauvre dame semblait terrorisée avec ce qu’elle avait à me raconter. Les pires scénarios commencèrent à flotter dans mon esprit? Viol, inceste, meurtre passionnel. Si c’était l’une de ces possibilités, dans quelle galère je venais de m’embarquer.

Cafés en main, je la rejoignis dans la section que j’avais aménagée en guise de salon et en touillant mon café tranquillement, j’attendis que ma cliente se dévoile.
― Je ne sais pas trop comment dire ca. Je suis mère de quatre enfants et mon mari et moi s’occupions d’une terre. Du moins, jusqu’au moment qu’il ne quitte, le malheureux. Mort d’une crise de coeur sur sa terre. Mes fils ne voulant reprendre la terre, je décidai de la vendre, mais la je fais face à un problème que seule vous pouvez m’aider.
Soulager de ne pas faire face à une victime d’un acte sordide ou d’une détraquée, je m’installer confortablement dans mon divan et l’invita à continuer.
― Je… je… Outre dans la conception de mes enfants, je n’ai jamais eu de rapport sexuel. Du moins, plaisant! J’ai entendu bien des éloges sur l’orgasme dans mon groupe de femmes et j’aimerais apprendre à le connaître.
Je laissai planer un silence le temps que je trouve les mots adéquats. Comment m’y prendre? Une femme qui ne connait pas l’orgasme ne connait forcément pas bien son corps et à surement de la gêne face à celui-ci.
― Mme Lafayette, puis-je vous poser une question?
― Ou..oui, hésita-t-elle.
― Vous êtes vous admiré dans un miroir?
― Bien sûr!
― Nue?
La femme costaude rougit comme une pomme. De toute évidence, la réponse était non. À ce moment, je devinai comment je devais procéder.
― Que diriez-vous d’y aller étape par étape? Afin de découvrir l’orgasme, la femme doit bien connaitre son corps.
― Allez-vous me suggérer un de ses vibromachin?
― Pas maintenant!
― Dieu merci! Ces trucs me font peur. Comment une femme peut se mettre cet objet là, demanda-t-elle en pointant la zone en question?
― C’est une question de goût, mais je ne veux pas vous suggérer aucun produit, du moins pas maintenant.
― Ah non? Pas même cette petite crème orgasmique?
― Non, pas même quelconques crèmes. Car avant d’essayer les produits de tout genre, vous devez avoir une bonne connaissance de ce que vous aimez et ce que votre corps aime. Sachez que chaque morphologie est différentes et vous ne pouvez pas vous fiez sur les désirs de l’un ou de l’autre.
― Que me suggérer vous alors?
― Tous les soirs de la semaine, prenez quelques minutes pour vous admirez nue dans un miroir. Qu’aimez-vous chez vous? Comment est votre peau? Où sont vos grains de beauté? Comment sont vos seins, vos fesses, votre pubis, vos jambes, bref je veux que vous soyez capable de faire une description parfaite de vous. Et pour vous aidez, j’ajoute à votre activité une lettre que vous allez écrire et décrire ce que vous voyez.
― Ca devrait être faisable, répondit Mme Lafayette dont l’observation de ses orteils semblait captivante. Et à qui j’écris?
― Personne en particulier
― Alors comment je peux faire une lettre?
― À moi, alors! Me faites-vous confiance!?
― Oui! Vous voulez que je vous décrive mon corps?
― Oui! Mais attention, il ne faut pas tomber dans la banalité anatomique. Je connais l’anatomie. Je veux que vous… me vendiez votre corps, voyant sa réaction outrée je me repris aussitôt. Non, en fait je veux que vous me donniez envie d’avoir ce corps. Soyez vrai et créative!
Il y eu un long moment de silence où mon interlocutrice fuyait mon regard. Aie-je eu une bonne idée? Peut-être que cette femme n’était pas prête à franchir le pas. Devrais-je l’envoyer voir une sexologue?
― D’accord, je vais le faire. Je veux vraiment me sentir belle et bien dans ma peau comme les autres femmes de mon groupe.
― Bien! Que diriez-vous de revenir me voir dans une semaine, à la même heure?
― Oui, je serai là sans faute!

Excitée comme une puce, madame Lafayette se leva d’un bond et me remercia chaudement avant de se rendre en gambadant vers la porte. Je sens que je vais avoir du plaisir à voir cette femme s’épanouir comme une fleur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire