Bienvenue à la boutique Sexy Chocolat


Un plaisir aussi onctueux que le chocolat

Attention, cette histoire est à caractère érotique. Pour un public avertit.

Introduction: Liliana Valois surnommée Lili est une jeune femme un peu carpe diem qui possède une boutique de produit érotique bien particulière. La boutique Sexy Chocolat offre de la lingerie fine, nommé Votre création pour toutes les silhouettes de femme en plus de nombreux produits pour tous les goûts. Sans oublier un coin salon pour les longues séances d'essayage, mais aussi pour une présentation de produits entre copines et des consultations privées sur les produits. Il y a aussi un miroir reflétant la plus belle image de ces clientes et surtout d'onctueux chocolat nommé Satisfaction. Découvrez les aventures de Lili dans sa nouvelle ville dans une boutique loin d'être normale!!

vendredi 9 mai 2014

Chapitre 13

Cet épisode de dégustation ma foi très intense, fût le début de ce qu’on peut appeler une relation. Nous sommes allés rejoindre les autres sur la terrasse et nous avons eu un plaisir fou. Lui comme moi agissions comme si nous nous connaissions depuis des lunes. Personne ne dit rien, sauf un clin d’œil de mon amie Judith. Pourtant nous agissions comme un couple! Quelle importance!? Le principal était le moment présent et je l’ai savouré à chaque minute.
Aussi, nous avons tellement mangé! Pour un chef en manque d’inspiration, on ne pouvait pas dire que le talent lui avait échappé.  Bouchées de poire et foie gras, bouchées au brie avec fraise et basilic, salade au melon d’eau et feta, en passant par des fromages, assiette de crudités, bagels au saumon et le méchoui. Il y en avait pour tous les goûts.
Le plus beau dans cette histoire c’est qu’en discutant à gauche et à droite, je pu réserver des soirées sexy avec bouchées thématiques concoctées par Carl. Jamais je n’aurais cru trouver là une opportunité d’affaire.
Le soleil était maintenant disparu laissant place aux étoiles. Nous avions allumé le foyer sur la terrasse et nous profitions de la douce température. Alors que je contemplais tout ce beau monde en discussions appuyée sur la rambarde, Carl vint me rejoindre.
― Comment trouves-tu la soirée?
― Super! Quoique j’avoue que je commence à être un peu échevelée.
― Ce n’est pas grave vu que tu vas dormir ici.
― Je ne peux pas laisser Judith…
― C’est déjà réglé! Elle aussi dort ici. Elle a appelé sa mère pour l’aviser qu’elle ne rentrait pas ce soir pour qu’elle s’occupe de son fils.
― Oh! Un homme prévoyant.
― Si on veut, répondit-il en riant.
Alors que nous étions tous les deux à regarder les gens s’amuser, nous profitions de cette proximité dans le silence. Seule la présence de l’autre suffisait. Pourtant, en moi, je sentais un volcan gronder. Je suis une femme de chair et j’avais le plus homme de la région à mes côtés. En plus que mes sens étaient légèrement accentué par l’alcool et ma conscience était partie se coucher depuis belle lurette et je ne rêvais que du contact de son corps chaud contre le mien.
― J’irais bien me coucher, déclarai-je!
― Quoi? Maintenant?
― Oui, mais j’ose espérer que tu m’accompagneras, répondis-je en me le fixant droit dans les yeux.
Quelques secondes, qui me parurent une éternité, s’écoulèrent. Nous nous regardions, complètement perdu dans le regard de l’autre. Puis sans crier garde, Carl me prit le visage à deux mains et m’embrassa fougueusement. La terre arrêta de tourner. Je me laissai emporter dans le courant et  je glissai mes mains sous chandail ne désirant qu’une chose; un contact physique avec lui.
À bout de souffle, je me décollai de lui. Mes lèvres me démangeaient d’en demander encore, mais le peu de logique qui me restait me rappela qu’il fallait trouver un endroit plus discret. C’est à ce moment que Carl me prit la main et se faufila rapidement au travers de la foule sans leur jeter un regard, avec moi qui trottinais tant que je pus en arrière. Avait-il lu dans mes pensées?
Nous descendîmes les marches rapidement et nous faufilâmes au travers des divans pour enfin aboutir dans la chambre. Il s’arrêta subitement et me fit tournoyer sur moi-même jusqu’à ce que j’arrive face à lui. Malgré notre précipitation, tout tomba au ralentit. Mon regard plongé dans le sien, je pouvais voir une flamme danser dans ses yeux.
― Lili, qu’est-ce que tu me fais, demanda-t-il d’une voix rauque?
― La même chose que ce que tu me fais?
― Jamais…
Je déposais mon doigt sur ses lèvres humides et rouges. Je savais vers quoi il allait et je ne voulais pas l’entendre. Ma situation était complexe, je le savais! Alors pourquoi tourner le fer dans la plaie. Vivons l’instant présent et nous verrons après.
Pour m’assurer qu’il n’en rajoute pas, je l’embrassai encore et encore laissant mes mains faire leur chemin sur le corps de mon amant. Généralement, quand je m’offrais pour la première fois à quelqu’un, il y avait des maladresses. Pas cette fois-ci! Chaque étape suivait son cours. Au travers des caresses, les vêtements abandonnèrent nos corps chauds pour rejoindre de part et d’autres le sol de la chambre. Nous allâmes rejoindre le lit douillet et confortable. Mon amant s’arrêta un instant m’observant et dégageant mon visage d’une mèche de cheveux. Mon dieu, s’il s’avait ce que ce simple touché pouvait me faire.
―  Tu es tellement belle, Lili.

À ce moment, l’alcool, ma position horizontale, le manque de souffle dût aux trop nombreux échanges buccaux me donnèrent une sensation de transe. La douceur de ses gestes n’aidant en rien, j’osai fermer les yeux. Oui! J’ai fermé les yeux, sans jamais les rouvrir. Du moins, jusqu’au matin.  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire